PETIT TOURISME

 

ACTIVITÉ ANIMÉE PAR JEAN CLAUDE

Une fois par mois, petite excursion sur Paris et sa région, pour découvrir un site, une ville historique, une curiosité, un patrimoine.

 

A la belle saison, nous élargissons notre recherche, avec des déplacements en voiture ou en train, toujours toutefois près de Paris.

Les repas sont pris au restaurant, ou plus souvent en pique nique partagé, ce qui est plus convivial.


Nous avons déjà exploré la foret de Fontainebleau, Barbizon, Chateau Landon, Moret sur Loing, Gerberoy, le jardin des Tuileries, le musée de la céramique à Sèvres, Provins, le cimetière du Père Lachaise, les serres d'Auteuil, les égouits de Paris, Moufetard, le quartier Bastille, les passages couverts de Paris, les églises orthodoxes,  l'église de Crimée, Senlis et ses peintres, le vieux Troyes, la cueillette des fruits et légumes à la ferme......

 

En projet :  Fête des fleurs à Chantilly, parc du Chateau de Malmaison.....

 

  * * * * * * * * * * * * * 

ANNEE 2018

Jeudi 19 avril 2018

Pavillon des Indes et  la  villa de Norvège (musée) à Courbevoie, 

Le parc de Bécon, propriété de la ville de Courbevoie, est un îlot de verdure préservé à deux pas du quartier de la Défense. Il conserve deux vestiges de l'Exposition Universelle de 1878, classés Monuments historiques : le pavillon Suède-Norvège, qui accueille aujourd’hui le musée Roybet Fould, et celui des Indes britanniques.

Situé à l’entrée du parc Bécon, le pavillon des Indes est un patrimoine atypique, coiffé de coupoles et de bulbes caractéristiques des constructions de style oriental de la fin du XIXème siècle. Il est édifié à partir d'éléments décoratifs et architecturaux fabriqués en Inde, pour constituer le pavillon des collections du Prince de Galles, futur Edouard VII, à l'Exposition Universelle de 1878.

Six mois après son installation, le pavillon a été démonté et ses éléments dispersés entre divers acheteurs. Une partie remontée en villa balnéaire à Paramé plage (à l’est de Saint-Malo), disparaîtra quelques années plus tard lors d’une tempête. L’autre est remontée dans le parc Bécon par le prince Stirbey, aristocrate roumain, vers 1880. Il le fait adosser à un bâtiment de briques, atelier d’artiste de l’une de ses belles-filles, Georges-Achille Fould, élève du peintre Roybet. Le pavillon devient propriété de la ville en 1951 et reste en état plusieurs décennies.

PAVILLON DES INDES

MUSEE ROYBET FOULD

Installé dans le parc de Bécon, le musée de Courbevoie occupe la villa-atelier de l'artiste-peintre Consuelo Fould (1862-1927). Le bâtiment principal construit au milieu du XIXe siècle est agrandi par l'adjonction du Pavillon Suède-Norvège. Présenté à Paris, lors de l'Exposition universelle de 1878, la façade en pin rouge de Norvège de l'architecte Henrik Thrapp-Meyer est l'un des rares exemples français d'architecture préfabriquée du XIXe siècle. Pour l'apercevoir, il faut contourner le bâtiment depuis le Parc de Bécon. 

Le musée Roybet Fould présente des oeuvres du XIXe siècle dont celles des peintres Consuelo Fould et Ferdinand Roybet (1840-1920) ainsi que des sculptures de Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875). Les Pavillons des Indes et de Suède/Norvège sont inscrits sur l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 27 mai 1987. Pour comprendre et mieux apprécier l'univers des Fould, une visite au Pavillon des Indes, lui aussi situé au Parc de Bécon s'impose. Attention cependant, ce dernier est ouvert sur réservation. 

 

* * * * * * * * * * * * * *

 

Jeudi 22 mars 2018

MUSÉE DU PARFUM

http://www.grandmuseeduparfum.fr/

Le parfum nourrit une grande curiosité car son processus de création reste énigmatique. Aujourd’hui, si le parfum n’est pas encore reconnu comme l’expression d’un art singulier qui aurait ses critères d’appréciation propres, c’est qu’il n’a jamais été présenté comme un objet digne de contemplation et de réflexion esthétique.
Le Grand Musée du Parfum souhaite offrir à chacun l’opportunité de mieux décrypter l’intention artistique du parfumeur et le processus créatif qui en découle. C’est accompagné d’experts, de scientifiques et d’artistes, que le Grand Musée du Parfum a mis en œuvre un ensemble de programmes pour la sensibilisation aux richesses et aux fragilités de ce patrimoine immatériel.

Le Grand Musée du Parfum s’installe au sein d’un hôtel particulier situé au 73 rue du Faubourg Saint-Honoré, doté d’un jardin privé, d’une cour pavée et d’une belle façade restaurée.
Le 73 Faubourg Saint-Honoré a toujours évolué dans un monde élégant et luxueux, symbole de l’art de vivre à la française. L’hôtel particulier porte les traces de la multitude d’interventions réalisées dans le dessein de satisfaire les usages et les vocations que lui donnèrent, au fil des siècles, ses propriétaires successifs, sans avoir jamais dénaturé l’harmonie de l’édifice. D’abord demeure de maîtres jardiniers au XVIIe siècle puis résidence de propriétaires bourgeois, l’hôtel a ensuite été habité par un artiste-peintre qui lui a donné son nom, Etienne Moreau-Nélaton. Continuant d’attirer le monde de l’art, l’hôtel, après avoir été le siège de la marque de lingerie Scandale, est devenu, en 1987, celui de la Maison Christian-Lacroix. Une continuité artistique dans laquelle s’inscrit aujourd’hui l’installation du Grand Musée du Parfum.

 * * * * * * * * * * *

 

Jeudi 22 février 2018

& jeudi 29 mars 2018

 

MUSÉE de la MAGISTRATURE

et EXPOSITION LES PIÈCES à CONVICTION

 

Cette demeure du XVIIème siècle, qui a conservé le nom de son propriétaire du temps de Louis XIV, est inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Restaurée en 1980-1981, elle a conservé un beau décor sculpté en façade et présente à l'intérieur un vestibule sculpté et un escalier en pierre et en bois d'une exceptionnelle qualité.

L'originalité du musée réside dans une riche collection de notes de plaidoiries, qui permettent de voir comment travaillaient les avocats, depuis Chauveau-Lagarde (défenseur de Marie-Antoinette) jusqu'à Jacques Isorni. Le visiteur peut ainsi considérer le musée comme un livre très illustré ou comme un album d'images abondamment légendées. Il appartient à chacun d'y découvrir ou redécouvrir les hommes et les faits du passé, avec peut-être la tentation de se substituer à tel ou tel avocat dans les multiples causes présentées, voire de réformer les jugements d'hier à la lumière des enseignements de l'Histoire.

 

EXPO LES PIÈCES à CONVICTION

 

Depuis le 16 novembre 2017 et jusqu’au 31 mars 2018, le Musée du Barreau de Paris propose une exposition sur les pièces à convictions. Souvent les grandes oubliées des récits des procès, elles sont pourtant les pièces maîtresses pour accéder à la vérité dans toute affaire pénale. 
Venez découvrir la mise en lumière de ces objets, clefs de voute des enquêtes judiciaires...

Une pièce à conviction, c’est un objet placé sous scellé, déposé au greffe du tribunal et utilisé pour la recherche de la vérité dans une affaire pénale.
« L’arme du crime », quand elle a pu être retrouvée et identifiée, constitue bien sûr une pièce à conviction de choix. Mais les « scellés » – appellation courante, dans les professions judiciaires, des pièces à conviction – peuvent être multiples et de différentes natures.

 

A la question "pourquoi réaliser une telle exposition ?" Cindy Geraci, Directrice du Musée nous confie : "les pièces à conviction essentielles dans une affaire, exposées au centre des salles d’audience, sont les grandes oubliées des récits de procès, dans lesquels les chroniqueurs et les historiens s’intéressent à l’humain. Nous avons voulu, pour cette exposition, faire parler les objets, à la fois témoins muets et révélateurs des affaires judiciaires."

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * 

 

Jeudi 18 janvier 2018

MUSEE DES ARTS FORAINS

Le musée des Arts forains est situé dans le quartier de Bercy du 12e arrondissement de Paris, à l'extrémité sud-est du parc de Bercy. Il présente la reconstitution d'une fête foraine traditionnelle européenne caractéristique des années 1850 à 1950. C'est un musée vivant qui propose des décors et des attractions reconstituées utilisables par les visiteurs.

Le musée des Arts forains abrite la collection d'objets du spectacle amassée depuis 1972 par Jean-Paul Favand, ancien comédien et antiquaire1. Avant de rejoindre son emplacement actuel, la collection a été exposée dans un atelier à Gentilly, puis rue de l'Église, dans le XVe arrondissement. En 1996, Jean-Paul Favand installe sa collection dans les pavillons de Bercy (anciens bâtiments de conservation des vins, de l'architecte Louis-Ernest Lheureux, élève d'Henri Labrouste) et ouvre le Musée des arts forains. Il s'agit d'un musée privé entièrement autofinancé1.

En 2009, le Musée des arts forains est classé Entreprise du patrimoine vivant1.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_des_Arts_forains

* * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * *

 

ANNEE 2017

* * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * *

 

Jeudi 23 novembre

VISITE DU LABORATOIRE DE MARIE CURIE. 

Le laboratoire de chimie de Marie Curie forme avec son bureau le cœur historique du Musée Curie. Cette pièce, donnant directement sur le jardin de l'Institut du Radium, a abrité les recherches de la directrice de l'établissement pendant les 20 dernières années de sa vie.

Dans ce laboratoire, communiquant avec son bureau, Marie Curie consacra beaucoup de temps à divers travaux délicats de chimie ou de physique. Elle a fourni des efforts inlassables pour obtenir des matières radioactives rares, comme le radium, le polonium et l'actinium, qui ont servi à de nombreuses recherches menées au laboratoire Curie. Irène et Frédéric Joliot-Curie eux-aussi y ont passé de nombreuses heures, se succédant au poste de préparateur personnel de la savante, puis comme directeur de l'Institut du Radium. Ce petit laboratoire de chimie a été décontaminé et reconstitué en 1981 grâce à un don de la Ligue nationale de lutte contre le cancer. Quelques appareils et éléments de la verrerie de l'époque ont pu être conservés, dont une blouse de Marie Curie !

 

"Je ne sais pas non plus si, même en écrivant des livres scientifiques, je pourrais me passer du laboratoire..."

- Marie Curie dans une lettre à sa sœur Bronislawa, septembre 1927-

 

* * * * * * * * * * * * * * *

 

Samedi 14 octobre 2017

VISITE DE L'HOTEL DE LA PAIVA

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_de_la_Pa%C3%AFva

L'hôtel de la Païva fut construit entre 1856 et 1865 au 25, avenue des Champs-Élysées par la Païva (Esther Lachman, 1819-1884, aventurière russe d'origine polonaise très modeste, devenue marquise portugaise, puis comtesse prussienne). Elle y donnait des fêtes restées célèbres. Il est classé au titre des monuments historiques en 19801

Épouse du comte prussien Henckel von Donnersmarck, multimillionnaire et cousin de Bismarck, elle put réaliser son rêve de construire un somptueux hôtel avenue des Champs-Élysées. Selon la légende, pendant sa jeunesse difficile, cette rousse flamboyante avait été poussée hors de la voiture par un client pressé (son amant) et s'était légèrement blessée. Elle se serait alors promis de faire construire  « la plus belle maison de Paris » en face du lieu où elle était tombée.

La Païva fit appel à l'architecte Pierre Manguin pour construire l'hôtel dans le style de la Renaissance italienne avec un jardin suspendu. Son coût de 10 millions de francs or défraya alors la chronique comme la durée des travaux, près de dix ans.

À partir de 1866, la comtesse, pourtant exclue des salons aristocratiques du fait de son parcours singulier, y reçut des gens célèbres : les Goncourt, Théophile Gautier, Gambetta, Renan, Taine, Émile de Girardin...

En 1882, soupçonnée d'espionnage, elle dut quitter la France et se retirer en Silésie, dans l'ancien Château Neudeck (de) (aujourd'hui Świerklaniec, en Pologne), construit par l'architecte Hector-Martin Lefuel, où elle décéda le 21 janvier 1884, âgée de soixante-cinq ans.

 

Devenu veuf, remarié avec Catherine von Slepzow (1862-1929), le prince vendit son hôtel en 1895 à un ancien cuisinier du tsar, Cubat, qui y installa un restaurant réputé dans lequel le Tout-Paris se retrouvait. Pour autant, en dépit de sa renommée, l'établissement ferma ses portes en 1898, date à laquelle il fut racheté par un banquier suisse, James Saloschin, qui le céda en 1903 à un cercle privé anglais, le Travellers ClubNote.

L'hôtel vers 1900, vu des Champs Élysées. Le passage couvert pour les attelages et les voitures a disparu, remplacé par un couloir fermé.

 

* * * * * * * * * * * * * *

 

Jeudi 15 juin 2017

VISITE DE L'OBSERVATOIRE DE LA SORBONNE

L'observatoire de la Sorbonne est un ancien observatoire astronomique, situé sur le toit de la Sorbonne (Panthéon-Sorbonne), rue Saint-Jacques, dans le 5e arrondissement de Paris. Il comprend une lunette d'observation de 153 mm de diamètre et 2 300 mm de longueur focale. Cette lunette appartient à la Société astronomique de France (SAF). Des observations publiques sont organisées les lundis et vendredis. L'atelier d'optique de la SAF se situe deux étages plus bas. Il est constitué de deux parties, un atelier d'ébauchage, et un atelier de polissage situé sous la coupole qui abritait jadis une lunette méridienne 

 

* * * * * * * * * * * * * 

 

Jeudi 18 mai

VISITE DE LA VILLE DE REIMS ainsi que d'une CAVE

La ville est surnommée « la cité des sacres » ou « la cité des rois ». En effet, c'est sur le futur emplacement de la cathédrale Notre-Dame de Reims que Clovis est baptisé par saint Remi et que furent sacrés un grand nombre de rois carolingiens puis capétiens pendant plus de dix siècles de Louis le Pieux en 816 jusqu'à Charles X en 1825. Outre la cathédrale, le patrimoine culturel et historique de Reims est important ; il comporte de nombreux monuments historiques et façades Art déco. Grâce aussi à ses nombreuses manifestations culturelles, elle est désignée Ville d'Art et d'Histoire et compte trois sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

Le champagne, inventé au XVII ème siècle par Dom Pérignon au monastère d'Hautvillers près d'Épernay, constitue l'un des atouts historiques de l'économie rémoise. Commune en limite occidentale de la Champagne crayeuse, elle jouit d'une position privilégiée.

 

* * * * * * * * * * * * * *

 

 Jeudi 30 MARS 2017 

HISTOIRE DU CLIMAT

 

(programmée en janvier puis annulée)

 

 

Cette balade dans Paris vous fera découvrir l’histoire du climat, en suivant les traces événements climatiques extrêmes qui n'ont rien eu à envier à des phénomènes récents. Elle présentera des lieux témoignant des réponses qui furent apportées à ces désastres par les institutions, civiles et religieuses.  S’il ne reste plus de traces matérielles des événements climatiques anciens qui ont affecté la capitale, les réponses qui furent apportées à ces désastres peuvent être rappelées devant certains édifices.

La promenade est guidée par Emmanuelle Fournier, ingénieur en travaux publics ayant travaillé sur les questions climatiques à l’Agence Nationale de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, diplômée de l’Ecole du Louvre.

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * 

 

Mercredi 15 MARS 2017

LE PALAIS DE JUSTICE

   

   

Visite de l'ancienne résidence des rois de France qui juxtapose la Conciergerie et la Sainte Chapelle, et nous croiserons les gens de la cour, les avocats, magistrats, justiciables - au travers de plus de 24kms de galeries, avec une succession de salles aux procès retentissants : la chambre dorée où sévit le tribunal révolutionnaire de Fouquier-Tinville, la Cour de Cassation, la Cour d'Assise, la Cour d'Appel, la Chambre des Criées et nous assisterons en direct à des procès (délits/pénal) dans les chambres correctionnelles...."

 

Le Palais de Justice fermera au printemps.

 

 

* * * * * * * * * * * *

 

Samedi 4 février 2017

VISITE DE L'HOTEL DE LAUZUN

L'hôtel de Lauzun est construit entre 1657 et 1658 par l'architecte français Charles Chamois pour le financier Charles Gruyn;

Ill est décoré par le peintre Michel Dorigny, élève et gendre de Simon Vouet qui a hérité de l'atelier du maître après sa mort en 1649. On connaît de lui à l'hôtel de Lauzun, Le Triomphe de Cérès, La Toilette de Vénus, Diane et Endymion ainsi que Le Triomphe de Flore2.

Il fut acheté et habité en 1682 par le duc de Lauzun, en 1685 par le marquis de Richelieu qui le revendit en 1709 à Pierre-François Ogier, Grand Audiencier de France et Receveur général du Clergé de France. Il passa par la suite à son fils, Jean-François Ogier, qui le revendit en 1764 à René-Louis de Froulay, marquis de Tessé. Il passa en 1769 à ses petits-enfants, les Saulx-Tavannes, qui le cédèrent en 1779 au marquis de Lavallée de Pimodan qui l'occupa jusqu'à la Révolution3.

Roger de Beauvoir, écrivain, y a vu le jour en novembre 1806 et y vécut.

Cet hôtel fut restauré par le bibliophile et collectionneur Jérôme Pichon qui louait certaines salles à des créateurs.

Baudelaire habite en ces lieux d'octobre 1843 à septembre 1845, au dernier étage, dans un petit appartement donnant sur la cour. Il y reçoit Madame Sabatier et y écrit son poème L'Invitation au voyage. Parmi ses voisins dans l'immeuble, il y a son ami Théophile Gautier, cofondateur du Club des Haschischins et de l'expérience des Paradis artificiels, et le peintre Joseph Ferdinand Boissard de Boisdenier (1813-1866), chez qui avaient lieu les séances mensuelles du club. Au rez-de-chaussée se trouve le brocanteur Arondel auprès duquel Baudelaire s'endette lourdement.

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 19061 et depuis 1928 l'hôtel de Lauzun est propriété de la Ville de Paris.

Depuis le  novembre 2013, l'hôtel de Lauzun abrite l'Institut d'études avancées de Paris, un institut de recherche qui accueille en résidence des chercheurs internationaux en sciences humaines et sociales.

 L'hôtel de Lauzun est situé au 17 quai d'Anjou sur l'île Saint-Louis dans le 4e arrondissement de Paris. Sa façade extérieure, qui s'inscrit dans l'alignement des bâtiments qui composent cette voie, présente un élément remarquable, son balcon ouvragé en fer-forgé.

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 

ANNEE 2016

* * * * * * * * * * * * * 

 

 

Visite Guidée

Jeudi 15 décembre à 14h30

AU CŒUR DU MARAIS- L’HOTEL DE SOUBISE-

UN JOYAU DE L’ART CLASSIQUE ET ROCAILLE

 

 

Par son porche sur la rue des Archives, orné de deux tourelles gothiques nous retrouvons la demeure du redoutable Olivier de Clisson Connétable de Charles VI, devenu au 15ème siècle la propriété d'Anne de Guise et celle de sa puissante famille.

Au 18ème siècle il est vendu à François de Rohan, prince de Soubise, qui confie à Delamair la transformation de l' Hotel pour en faire sa résidence parisienne et le lieu de sa magnificence.
Grâce aux charmes de son épouse Anne et aux faveurs accordés par Louis XIV il amasse une fortune considérable qui lui permet de transformer l'hôtel en un fastueux palais.

Afin de séduire sa très jeune et ravissante épouse leur fils Hercule Meriadec poursuit les embellissements, en faisant appel aux plus grands artistes de l'époque. Boffrand, Van Loo, Boucher, Natoire y accomplissent des prouesses de créativité de l'art rocaille, dans le grand salon de la princesse où les décors de stuc, de bois doré et de peinture fusionnent dans un grand hymne à l'amour.

Après avoir traversé la magnifique cour intérieure, la visite nous conduit à la Salle des Gardes et au salon du prince dans une petite rotonde édifiée par Boffrand, et à l'étage, par le grand escalier à l'appartement de la princesse avec sa chambre d'apparat et son Salon Ovale, dans le plus pur style "rocaille".

L'Hotel est transmis au Cardinal de Rohan, prince évêque de Strasbourg, et quatre cardinaux y habiteront au 18ème siècle.
Le dernier d'entre eux sera mêlé à l'affaire du Collier de la Reine à la veille de la Révolution française...


**********************

 

* * * * * * * * * *

 

Jeudi 6 octobre 2016

Visite du Fort du Trou d'Enfer

et de l'exposition sur les premiers chars de 1916

à Marly Le Roi

* * * * * * * * * *

 

 

Mercredi 18 mai 2016

l'Abbaye du Val de Grace

Notre-Dame du Val-de-Grâce, connue populairement comme l'église du Val-de-Grâce, est une église de style classique baroque français originellement destinée à être l'église de l'abbaye royale du Val-de-Grâce située dans le 5e arrondissement de Paris, place Alphonse Laveran.

 

Les bâtiments de l'ancienne abbaye accueillent aujourd'hui le musée du service de santé des armées, la bibliothèque centrale du Service de santé des armées, et l'École du Val-de-Grâce, anciennement École d'Application du Service de Santé des Armées (EASSA). Le même îlot militaire comprend l'hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce, situé sur l'ancien potager de l'abbaye

* * * * * * * * * * * * * * * *

 

Mercredi  6 avril 2016

La toge du Christ et les vestiges de l'abbaye

à Argenteuil

 

* * * * * * * * * * *

Lundi 15 février 2016

Visite de l'Assemblée Nationale

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 

ANNEE 2015

* * * * * * * * * * *

Mercredi 2 décembre 2015

Visite du musée MAXIM'S

Venez découvrir plus de 550 pièces venues du monde entier, signées des plus prestigieux créateurs tels que Majorelle, Tiffany, Gallé, Massier ou encore Toulouse-Lautrec.

Une collection exceptionnelle présentée dans un lieu intimiste recréant l’ambiance d’un appartement d’une courtisane de la Belle Epoque, un 12 pièces meublé des plus belles créations des années 1900.

Les visites guidées sont organisées sous la direction de l’historien d’art Pierre André Hélène.


* * * * * * * * * * 


Mercredi 4 novembre 2015

Des Invalides à Saint Germain des Prés

avec PariStarTour

 

Découvrons Paris, l’esplanade des Invalides, le musée Rodin, l’Assemblée Nationale, l'Odéon, la basilique Sainte-Clotilde (où se sont déroulées les obsèques de Philippe Noiret), le quartier Saint-Germain, le Sénat et partons sur les traces des lieux où ont habité nos stars préférées :

 

Romy Schneider, Philippe NOIRET, Juliette Gréco, Serge Gainsbourg, Thierry Le Luron, Yves Montand, Gérard Philippe, Charles Aznavour, Marcello Mastroianni

* * * * * * * * * * * 


Mercredi 21 octobre 2015

BARBIZON

* * * * * * * * * * * 


Vendredi 19 juin 2015

CUEILLETTE à COUBERT

* * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * *

Samedi 16 mai 2015

1ère EXPOSITION D'ORCHIDEES

AU COEUR DE L'ABBAYE ROYALE DU MONCEL

 

Jeudi 19 février 2015

CITE DU CINEMA à Saint-Denis (93)

Après un été sous le signe des "Schtroumpfs 2", Luc Besson investit ses studios pour Malavita avec Robert De Niro et Michelle Pffeifer. Inaugurée le 21 septembre 2012, la Cité du cinéma de Luc Besson accueille déjà des grosses produtions. Installée dans une partie de l'ancienne centrale électrique de St DENIS (93), elle occupe une surface de 6,5 hectares dans le quartier de Pleyel.  Repérée par Besson dans les années 1990, le site de la centrale électrique a été investi par l’équipe du film Léon en 1993. Puis peu à peu le projet prend corps et en 1999, Luc Besson propose sa cité aux élus. Plus de 10 ans après, ces studios vont permettre à Paris de rivaliser avec les studios Pinewood de Londres pour les tournages de grande ampleur.

 

_________________________________________________

ANNEE 2014

* * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * *

 

Jeudi 11 décembre 2014

MUSEE FRAGONARD à MAISONS-ALFORT

* * * * * * * * * * * * *

 

Jeudi 6 novembre 2014

CUEILLETTE & PIC-NIC à LA FERME DE COUBERT

 

Après un arrêt pour le plaisir à la boutique, départ pour  la cueillette de navets,  courgettes, aubergines,  radis noirs,  panais, poireaux, oignons etc...

Ensuite ramassage de pommes et poires.

Nous avons même mangé des fraises très sucrées (sous serre).

La palme du plus gros légume cueilli revient à André  (voir la courgette sur la photo)

Pic-nic à l'exterieur.

 

Le tout sous un soleil radieux

* * * * * * * * * * * *

 

Jeudi 23 octobre 2014

VISITE ET DEJEUNER AU SENAT

 

 

* * * * * * * * * * *

 

Mercredi 10 septembre 2014

DE MONTMARTRE à LA TRINITE

PITTORESQUE & INSOLITE

avec PARISTARTOURS

 

Une balade consacrée aux étoiles du cinéma et de la chanson qui ont illuminé ces deux quartiers.
Découvrez les lieux et adresses où ils ont habité :
Dalida - François Truffaut - Jeanne Moreau - Jean Marais - Edith Piaf - Johnny Hallyday -
Claude Lelouch - Charles Aznavour - Yves Montand et Claude Nougaro.
Avec un hommage au cimetière de Montmartre à Jean Claude Brialy, Dalida et Michel Berger
et en final une visite intérieure libre de l’Eglise de la Trinité
où a été baptisé en 1944….le petit Jean Philippe Smet.

Carrière, photos d’époque, biographie, anecdotes, le tout nous sera conté avec passion et convivialité par un guide professionnel PariStarTour.

 

* * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * *  
 
Mercredi 18 juin 2014
JOURNEE de CUEILLETTE à CHAPEAU DE PAILLE
à LA FERME DE COUBERT
 
 
* * * * * * * * * * * *
 
Le 17 mai 2014
JOURNEE DES PLANTES DE COURSON
 
 
Journée à Courson à l'initiative d'Olga, notre animatrice du cours "orchidées".
Départ en car (37 personnes).  Pic nic sous un soleil estival
 

* * * * * * * * * * *

 

le 9 avril 2014

 

DU PONT NEUF à LA PACE DES VOSGES

AVEC PARISTARTOUR

 

L'ile de la Cité, Notre-Dame de Paris, l’Ile Saint-Louis, l’Eglise Saint-Louis, la place des Vosges, sur les traces des lieux où ont habité nos stars préférées :

      YVES MONTAND ET SIMONE SIGNORET,

      JEAN YANNE,

      SERGE GAINSBOURG 

      JANE BIRKIN,

      JEAN-CLAUDE BRIALY,

      MICHELE MORGAN,

      JIM MORRISON (DOORS),

      ANNIE GIRARDOT,

      GEORGES MOUSTAKI

 
** * * * * * * * * *

Le 24 mars 2014

LES INVALIDES


 

* * * * * * * * * * *

 

Lundi 10 février 2014 

VISITE DU MUSEE DELACROIX

Visite du musée place de Furstenberg, (un havre de paix en plein centre de Paris) suivie d'une petite ballade à St Germain des Prés.
Pour clore en beauté cet aprés midi, pause gourmande à la Rhumerie Martiniquaise.
Ceux et celles qui ont goûté le rhum se reconnaîtront!!!  
 
 
 
* * * * * * * * * * * *
 
Le 16/01/2014
LES STARS (COLUCHE, BRASSENS, BREL...)
DE MONTPARNASSE à MONTSOURIS
avec guide PARISTARTOURS
 

Paris,le quartier et le cimetière Montparnasse, le quartier Alésia,le parc Montsouris sur les traces des lieux où ont habité nos stars préférées :

   COLUCHE, 

   PATRICK DEWAERE, 

   GEORGES BRASSENS,

   JOE DASSIN,

   JACQUES BREL,

   JACQUES DUTRONC,

   RENAUD

 

et en bonus HOMMAGE VISITE AU CIMETIERE MONTPARNASSE A :     

  SERGE GAINSBOURG,

JEAN POIRET,

PHILIPPE NOIRET,

SERGE REGGIANI

JEAN CARMET

Une balade à pied, l’après midi, assistée et commentée par notre guide.

_____________________________________________

 

 

 

ANNEE 2013

* * * * * * * * * * *

* * * * * * * * *

Mercredi 4 décembre

LA NOUVELLE ATHENES

De NOTRE DAME DE LORETTE (station de métro typique)

à la PLACE BLANCHE

 

Ce quartier, issu de biens confisqués à l’église, est fait de lotissements datant de 1820 (le quartier Saint Georges au-dessus, de 1824). Proche de l’Opéra et des théâtres, c’est le quartier des peintres, écrivains, musiciens et comédiens. L’architecture est néoclassique de la fin de la restauration et de la monarchie de Juillet (colonnes).

L’église est un temple romain, avec des plafonds à caissons carrés ornés de rosaces.
La rue Saint Lazare est d’une architecture très homogène, louvoyante contrairement à la rue de Châteaudun, avec des immeubles style 1830 : n°6, décrite par Balzac, 10 parfumerie Detaille au mobilier 1905 (comtesse De Presles), 16 avec l’étoile de David (synagogue), 18 arcades des jardins Ruggieri (artificiers avec spectacles), 24 portail restauration, 27 à bas-relief d’un jeune homme à chapeau à plumes, 39 avec vantaux en fonte présentant deux bustes renaissance reproduits ailleurs (choisis sur catalogue de l’époque). Au 56, une cour pavée, entrée secondaire de l’hôtel de Bougainville (peintres Vernet), au 58 façade dorique toscan gris, ocre et rose.
 

Square d’Orléans, de style britannique londonien, voutes à caissons à fleurs, nombreux ateliers d’artistes : au 2 Alexandre Dumas, au 5 maison de Georges Sand, à côté (9) de Chopin….au 6 style ionique colossal.

 Rue Blanche, rue Tour des Dames : petits hôtels,N°4, cour d’avocats avec serre et mosaïques, au 9 le comédien célèbre Talma avec une salle à manger décorée par Delacroix, N°11, façade sur jardin 

Rue Laroche Foucault, au 7 Millet, au 14 musée Gustave Moreau, maître du symbolisme, cédé à l’état, au 19 Joséphine de Forget amie de Delacroix

 

Quartier Saint Georges 

Rue d’Aumale : cour pavée du n°18 

Rue La bruyère, Gauguin au n°15, atelier avec œil de bœuf, fausses colonnes et grande verrière au n°1

Square Alexis Biscarre : arrière de l’hôtel de Thiers (brulé par les communards car le plus féroce des Versaillais, au 28 Statues de la sagesse et de l’abondance, plus haut de Diane et Apollon. Au centre, une statue de Gavarni a remplacé l’a fontaine pour abreuver les chevaux. Le théâtre avec façade en trompe l’œil, nombreux antiquaires et restaurants.

 Rue Henri Monnier (ex Breda), place Gustave Tordouze : quartier des « lorettes » (elles habitaient derrière Notre Dame de Lorette), fontaine Wallace, colonne Morris et restaurants indiens

 Rue Clauzel : au n°14, ex boutique de Tanguy, marchand de couleurs de Van Gogh, Renoir et Gauguin, qui vendait contre des toiles

 Rue des martyrs, Géricault au 49

 Rue Victor Massé, marchands de guitares, le fameux chat noir (cabaret de Zola, Daudet et Allais), au 20 cité Malesherbes (dessins polychromes au 11), au 27 serpents et fruits

 Avenue Frochot : maisons à jardins, au 15 Toulouse Lautrec, au 66 hôtel de Salm (La Roche Foucault, Victor Hugo)

 Rue Notre Dame de Lorette : au 58 Delacroix avant son installation place Fürstenberg, au 49,  évocation d’Abélard et Héloïse

 Cité Pigalle : au fond à droite, Théo hébergea son frère Van Gogh

 Rue Henner (peintre) : au 9 Georges Apollinaire. Musée de la vie romantique (Georges Sand) au 16 rue Chaptal, ancienne demeure du peintre Scheffer.

 Cité Chaptal (chimiste hollandais) ; au 20 bis, ancienne chapelle, ancien atelier de figurines religieuses, ancien théâtre 347…et Grand Guignol de la terreur), abandonné. Au 17, salon de Nina de Villars (Verlaine), au 10 Sacem avec harpiste et violoniste entourés d’anges musiciens

 Rue Ballu : maisons à jardins et remises à chevaux , cariatides au 13, porte en bois et balcons art nouveau au 23, au 28 et 30, façades

 Rue de Vintimille : au 20 Monnet avec 4 médaillons

 Place Adophe Max et square Berlioz, baies vitrées immenses  d’ateliers d’artisites

 Métro Blanche (trou aux suisses, blanc des carrières de gypse des carrières de Montmartre) ou Pigalle

 

Et pour les amateurs de confiseries, la boutique « A l’étoile d’or » de Denise Acabo, décor 1900, célèbreauprès des touristes japonais et US.

 
* * * * * * * * * *
 
Jeudi 10 octobre 2013.
T R O Y E S
 

TROYES, le bouchon de champagne

 

Vieille ville médiévale des comtes de champagne aux foires célèbres, Augustobona Tricassium chez les gaulois tricasses, capitale de la bonneterie et de la maille ensuite, jusqu’à la crise de 1960 (concurrence de l’Asie), et maintenant capitaleeuropéenne des magasins d’usine à prix réduits pour lescollections fin de séries : 3 centres, 2 à Pont Sainte Marie, Saint Julien des Villas, en périphérie.

Célèbre par la bataille des champs catalauniques, avec l’évêque Saint Loup et l’arrêt des troupes d’Attila, c’est la ville de Chrétien de Troyes, le premier romancier du Moyen Age (le roi Arthur)

Célèbre aussi par le concile de Troyes, le mariage d’Henri IV et Catherine de France, et surtout pour les foires de Champagne (l’once Troyes est une mesure des métaux précieux)

On va y trouver les maisons à pans de bois renaissance, les toits en accent circonflexe, les petites ruelles et cours, les églises gothiques aux vitraux classés,……la ville est classée « ville d’art et d’histoire »elle a été reconstruite deux fois après deux grands incendies, 1188 et 1524

En champagne crayeuse, la Seine ne traverse pas Troyes : c’est un de ses bras, la rivière Notre Dame qui représente le haut du bouchon de champagne

Gare, rue Emile Zola (ancienne rue de l’épicerie) avec le quartier des Vaux Luisants (ou quartier des arts, l’église SaintPantaléon (ancien pape né à Troyes, martyr à Rome en 304 avec les mains clouées sur la tête), véritable musée statuaire polychrome avec ses verrières en grisaille, les puits « turenne(émile zola et arnaud), l’hôtel Mauroy des riches commerçants, actuellement musée de l’outil et de la pensée ouvrière, la cour de l’hôtel du lion au 111, le quartier Saint Jean d’ambiance très médiévale avec la tourelle de l’orfèvre et la maison du boulanger

L’église Saint Urbain près de l’hôtel de ville, construite sur la conduite de Saint Pantaléon (vierge au raisin dans la chapelle sud), la cathédrale Saint Pierre t Paul, chef d’œuvre du gothique flamboyant avec ses 3 portails et sa rosace de 8m

Déjeuner « aux tables des peintres » (12€ café compris) rue des quinze vingt

Après-midi, église Sainte Madeleine, la plus ancienne (12ème), finesse de la sculpture du jubé, vitraux multicolores type BD, avec notamment la création du monde et l’arbre de Jessé, la cour du mortier d’or, galerie de cour intérieure et la ruelle des chats (ils sautent d’un toit à l’autre dans cette rue étroite)

Liberté « shoping » et retour à la gare

 

Une grande première!!!   Sortie en car. 

Très agréable  journée dans une très bonne ambiance!

Nous étions une quarantaine de participants répartis en trois groupes.

 

 

 

Voir plus de photos dans l'onglet "ALBUM PHOTOS" en tapant le mot de passe requis

Merci

 

 

* * * * * * * * * *

 

Mercredi 18 septembre 2013 

 CUEILLETTE à COUBERT

* * * * * * * * * * *

 

Lundi 26 août 2013

 

PIC-NIC AU BOIS DE VINCENNES,

AU PARC FLORAL

 

* * * * * * * * * *

 

Mardi 12 juin 2013 

CHAPEAU DE PAILLE à COUBERT

 

Visite à la ferme « chapeau de paille » de Coubert (77) :

le matin, confiture de fraises (4€, avec un pot de confiture et une barquette), ensuite pic-nic, et c'est parti pour la cueillette.....

Fraises, cerises, salades, choux fleur, blettes, rhubarbe, herbes aromatiques, concombres, etc etc..... Fleurs (pivoines, oeillets de poète)

Super journée malgré le ciel voilé.

Retour à Charenton chargés de produits de la terre.

La récompense
La récompense

C'était tellement bien que nous prévoyons d'y retourner pour cueillir d'autres légumes, fruits et fleurs, peut être au retour des vacances.

 

 

* * * * * * * * * * * 

 

Jeudi 23 mai 2013

TROYES

 

Notre sortie a été malheureusement annulée suite à une supression de train de dernière minute au départ de Paris.

Celle ci sera organisée à une autre date.

 

 

* * * * * * * * * * * * 

 

Mercredi 10 avril 2013

SENLIS

 

Cité des Sulbanectes, Augustomagus sous les Romains (sur 300m, enceinte de 4m de large sur 7 m de hauteur flanquée de 30 tours et arènes romaines du 1er siècle), capitale des capétiens jusqu’à Henri IV (pour la chasse), remparts de Philippe Auguste le long de la rivière « La Nonette » au 12ème, c’est une ville culturelle et architecturale très intéressante, marquée aussi par des drames d’otages exécutés (armagnacs en 1418 et allemands en 1914)

Début de la visite au parc du Palais Royal (Prieuré Saint Maurice et musée de la vénerie), hôtel du Vermandois avec sa tourelle et son escalier à vis, Palais épiscopal avec son musée d’art et d’archéologie (peintres Thomas Couture et Séraphine, naïfs primitifs) : 2€ pour les deux musées.

Déjeuner libre « chez Adrien » crêperie rue de Beauvais

Cathédrale Notre Dame, construite en 1153, 10 ans avant ND de Paris.
Au grand portail, le linteau gauche représente la mort de la Vierge, droite sa résurrection, au tympan, son couronnement, dans l’ébrasement 8 personnages de l’ancien testament (Abraham à gauche), les travaux des mois (janvier, le premier à droite près de la porte)

Deux tours identiques, flèche droite gothique de 78m (115 à Chartres)

Façade sud (sur la place) à croisillons gothiques du 12ème en bas, du 16ème en haut

A l’intérieur, les plus belles tribunes de France, un christ en mélèze dans la chapelle du croisillon nord, sur la colonne centrale de la salle capitulaire, chapiteau de la fête des fous.

Rue du petit Chaalis (abbaye N°5), rue de la Treille (maison à pans de bois, fausse porte), rue du puits Tiphaine (maison de Séraphine au n°1), rue des Vétérans, rue du Chat-haret, jardin du Roy et muraille gallo-romaine, ancienne église Saint Pierre, espace culturel et marché avec une tour gauche romane à flèche gothique et une tour droite renaissance, façade gothique flamboyant

Rues pittoresques : Bordeaux, les vignes, de la Cognée, de la tourelle Saint Vincent, de la poterne, promenade sur les remparts, rue vielle de Paris (hôtel de l’ange) , place Henri IV et hôtel de ville, arènes romaines pour les courageux…..

 

 

 * * * * * * * * * * * * *

Samedi 9 mars 2013

 

VISITE de L'EGLISE SAINT SERGE

rue de Crimée dans le 19ème arrdt.

 

Et en  remontant le temps....

 

bien avant la création du site...

 

 

Chateau Landon
Chateau Landon
Musée de la céramique à Sèvres
Musée de la céramique à Sèvres
Pause café à Gerberoy
Pause café à Gerberoy
Les catacombes
Les catacombes
Gerberoy
Gerberoy